Styles

Cette section vous permet de chercher nos contenus à travers les différentes étapes de l'histoire de l'art en Espagne : baroque, gothique, mudéjar…

Picasso. « Guernica » Modernisme et avant-gardes Le changement de siècle s'accompagne de nouveaux airs de modernité. Une attitude différente, plus libre, vis-à-vis de l'art et de la vie, caractérise la sensibilité esthétique de l'époque.

Publics

Cette section vous permet d'accéder à tous nos contenus de façon personnalisée, en fonction de vos intérêts particuliers et de votre profil sociodémographique.

La route moderniste à Melilla

  • Partager
  • « Casa de los Cristales » © Turespaña

    « Casa de los Cristales » © Turespaña

  • Immeuble moderniste © Turespaña

    Immeuble moderniste © Turespaña

  

La révolution cosmopolite de Melilla

Melilla est la deuxième ville d’Espagne des bâtiments modernistes et Art déco, derrière Barcelone. C’est justement de là que l’architecte Enrique Nieto a ramené ce courant esthétique au début du XXe siècle. Cette route vous propose de découvrir les monuments et constructions modernistes les plus caractéristiques de la ville.
 

Lire la suite

Notre itinéraire sillonne le célèbre « Triangle d’or » qui se distingue par la grande quantité de façades modernistes qui le ponctuent. Il se situe dans l’Ensanche, l’espace urbain dessiné en dehors des remparts de l’ancienne citadelle qui réunit principalement les rues Ejército Español et López Moreno à partir de la place España, et ses environs.

Les exemples du modernisme à Melilla sont relativement proches les uns de autres, ce qui permet de partir à leur découverte à pied.
Débutons cette « promenade architecturale » en suivant les traces du plus grand représentant du modernisme de la ville, Enrique Nieto y Nieto, originaire de Barcelone.
Fort de son expérience acquise en participant à l’ouvrage de la Casa Milà de Barcelone aux côtés de son maître Antoni Gaudí, il arrive à Melilla en 1909 et se lance immédiatement dans d’importants projets de constructions modernistes. Créateur très prolifique, il accède en 1931 au poste d’architecte municipal, s’imposant ainsi comme l’un des principaux responsables de la configuration urbaine de la ville. Il signe plus de 1 500 projets de construction à Melilla.


Parmi ses premiers ouvrages, il faut citer : le bâtiment du quotidien « El Telegrama del Rif » (1912), avec une fenêtre ovale sur sa façade d’angle très osée pour l’époque ; la Chambre de commerce (1913) ; la Casa Tortosa (1914) ou ancien économat familial ; la Casa Melul (1915) et l’édifice « La Reconquista » (1915). Tous affichent des éléments floraux caractéristiques. Mentionnons également la Casa de los Cristales (1917) de caractère historiciste (inspiration mauresque).
À partir des années 20, Nieto opte pour le mélange des styles dans une ligne ornementale : du classicisme au baroque et à l’Art déco. Citons l’édifice El Acueducto (1928) et plus particulièrement, cette fois en tant qu’architecte municipal, le palais de l’Assemblée (1933-1948), siège de l’hôtel de ville, avec son imposante façade flanquée de deux tours arabes.


L’architecte catalan s’est aussi illustré dans l’inter-religiosité caractéristique de Melilla via la conception de divers bâtiments destinés aux religions chrétienne, juive et musulmane. Il appliqua ainsi le modernisme à la synagogue Yamín Benarroch (1924) et à la mosquée centrale (1945), et se chargea de la restauration de l’église Sagrado Corazón de Jesús, néo-romantique.


Mais Melilla abrite aussi les ouvrages modernistes de nombreux autres artistes. Citons par exemple les architectes Francisco Hernanz, Enrique Álvarez, Tomás Moreno Lázaro, Manuel Becerra Fernández, Droctoveo Castañón, José Joaquín González Edo, Mauricio Jalvo Millán, Eusebio Redondo Ballester, José Antón Pacheco-García et Francisco Carcaño Mas.


Pour conclure cette route, soulignons le travail de l’ingénieur militaire originaire de Pampelune Emilio Alzugaray Goicoechea, qui se distingua en dirigeant les travaux d’hébergement du roi Alphonse XII lors de sa visite de 1911. De son style plus classique visible sur la Casa de las Fieras (1914) et le casino militaire (1921), il se convertit au modernisme via différentes constructions particulières.

 

Fermer

Autres routes d'intérêt

En savoir plus

Découvrez les environs

Contenus associés

Services

spain is culture