Styles

Cette section vous permet de chercher nos contenus à travers les différentes étapes de l'histoire de l'art en Espagne : baroque, gothique, mudéjar…

Picasso. « Guernica » Modernisme et avant-gardes Le changement de siècle s'accompagne de nouveaux airs de modernité. Une attitude différente, plus libre, vis-à-vis de l'art et de la vie, caractérise la sensibilité esthétique de l'époque.

Publics

Cette section vous permet d'accéder à tous nos contenus de façon personnalisée, en fonction de vos intérêts particuliers et de votre profil sociodémographique.

La route de monastères d’Ávila

  • Partager
  • Cloître du monastère Santo Tomás © Turespaña

    Cloître du monastère Santo Tomás © Turespaña

  

La beauté mystique

Les couvents et monastères sont autant de témoins de la splendeur économique, sociale, culturelle et religieuse d’époques révolues. La province d’Ávila en abrite plusieurs, dont certains sont encore habités par les membres des ordres religieux qui les ont fondés. Partir à leur découverte, c’est aussi explorer une province pleine de charme.
 

Lire la suite

Vous pouvez faire ce circuit en deux jours ou le temps d’un week-end prolongé. Un bon point de départ est le village historique de Madrigal de las Altas Torres, qui abrite le monastère Nuestra Señora de Gracia. Ce fut jadis un palais, que Jean II de Castille fit construire (début du XVe siècle) comme résidence d’été. C’est ici que naquit (1451) la future reine Isabelle Ière la Catholique.

Aujourd’hui, on y contemplera plusieurs salons Renaissance, les plafonds à caissons mudéjars de la salle des Cortes, le grand escalier, le cloître gothique et d’autre lieux remarquables, comme la chapelle royale, le salon des ambassadeurs, le panthéon des bâtardes et des infantes ou encore la chambre où est née la reine Isabelle.

Ensuite, vous vous dirigerez à Piedrahita, distante de 85 km. Vous abandonnerez les champs de céréales et l’horizon infini des paysages de Castille pour pénétrer dans les montagnes du sud de la province. Piedrahita abrite le chœur de l’ancien couvent Santo Domingo (fin du XIVe siècle), aujourd’hui en ruines.

Votre prochaine étape est la ville d’Ávila, à laquelle vous parviendrez en longeant la vallée d’Amblés, qui s’étend sur 60 km. La vieille ville, inscrite au patrimoine de l’humanité par l’Unesco, est encerclée d’imposants remparts de l’époque romane (XIe-XIVe siècles), qui sont les mieux conservés d’Espagne.

Vous y visiterez quatre monastères et couvents, tous liés de près ou de loin à deux auteurs mystiques incontournables : sainte Thérèse d’Avila et saint Jean de la Croix. C’est dans le monastère de La Encarnación, bâti à la fin du XVe siècle que sainte Thérèse entra (1535) comme novice (il abrite aujourd’hui un musée consacré à la sainte). De 1572 à 1577, saint Jean de la Croix y exerça comme prêtre et confesseur des religieuses.

Le monastère et couvent Santa Ana, du XVIe siècle, est une résidence de jeunes filles. On y admirera le cloître, la salle capitulaire et les deux églises. Le monastère et couvent San José fut le premier fondé par sainte Thérèse d’Avila (milieu du XVIe siècle). Quelques dépendances d’origine sont parvenues jusqu’à nous, mais l’église actuelle est une œuvre de Francisco de Mora (XVIIe siècle) architecte fidèle au style de Juan de Herrera .

Le monastère et couvent Santo Tomás (1482) se trouve quant à lui en dehors de la ville. Il possède deux cloîtres remarquables, celui du silence et celui des rois. Ce dernier abrite un musée d’art oriental. Son église arbore un portail sculpté par Gil de Siloé et renferme un grand retable remarquable, œuvre de Pedro de Berruguete. Le bâtiment abrite aujourd’hui une vaste résidence.

Vous ferez ensuite halte à Burgohondo, un village situé à 36 km de là. Il se trouve au cœur de la vallée de l’Alberche, dans un cadre naturel magnifique, niché entre les monts de la Paramera et de Gredos. Vous y découvrirez les vestiges de l’ancienne abbaye Santa María : l’église romane (XIIe siècle), la tour et le cloître du XVIe siècle.

En poursuivant votre chemin le long de cette vallée, vous arriverez à la localité d’El Tiemblo (34 km). C’est dans cette commune (à environ 9 km) que se trouve le monastère des Jerónimos ou du Cerro de Guisando, ancien ermitage reconstruit au XVIe siècle. Suite à l’incendie qui le ravagea en 1979, seuls subsistent aujourd’hui le cloître et une chapelle gothique, presque en ruines. Il est situé à côté des célèbres Toros de Guisando, un ensemble de quatre sculptures de granit qui représentent des taureaux ou verrats, héritage des Vettons, un peuple celte qui vivait dans cette contrée au IIe siècle av. J.-C.
 

Fermer

Ce qu'il faut voir sur la route

Ce qu'il faut faire

Randonnée pédestre

Randonnée pédestre
Autres

Autres

En savoir plus

spain is culture