Styles

Cette section vous permet de chercher nos contenus à travers les différentes étapes de l'histoire de l'art en Espagne : baroque, gothique, mudéjar…

Picasso. « Guernica » Modernisme et avant-gardes Le changement de siècle s'accompagne de nouveaux airs de modernité. Une attitude différente, plus libre, vis-à-vis de l'art et de la vie, caractérise la sensibilité esthétique de l'époque.

Publics

Cette section vous permet d'accéder à tous nos contenus de façon personnalisée, en fonction de vos intérêts particuliers et de votre profil sociodémographique.

Route des « castros » des Asturies

  • Partager
  • « Castro » de Coaña © Principado de Asturias

    « Castro » de Coaña © Principado de Asturias

  • « Castro » de Mohías © Principado de Asturias

    « Castro » de Mohías © Principado de Asturias

  • « Castro » du Chao Samartín © Principado de Asturias

    « Castro » du Chao Samartín © Principado de Asturias

  • « Castro » de Pendia © Principado de Asturias

    « Castro » de Pendia © Principado de Asturias

  

L’empreinte des Celtes

Dans la partie occidentale des Asturies, la région du fleuve Navia et du littoral renferme de nombreux vestiges de ses anciens habitants. Une promenade au gré des castros ou villages fortifiés celtes de la région nous permet d’en apprécier les nombreux attraits : la côte Cantabrique, les villages de pêcheurs, les plages et les somptueuses demeures d’indianos. Sans oublier l’arrière-pays, avec ses petits villages médiévaux et sa nature à l’état vierge.
 

Lire la suite

Cette route, parfaitement réalisable sur un week-end, requiert non seulement une voiture mais aussi de bonnes chaussures car certains des sites que nous allons visiter ne sont accessibles qu’à pied. Tel est le cas du castro d’El Esteiro, à 4 kilomètres (dont deux sur un chemin agricole) du village de pêcheurs de Tapia de Casariego. Bien que les travaux de fouilles soient inachevés, il constitue une excuse idéale pour se promener sur la côte et les plages de Tapia de Casariego.

Nous reprenons ensuite la N-634 en direction de Navia. À Valdepares, une bifurcation indiquant la direction de Fonfría nous permet de rejoindre le cap Blanco. Nous y découvrons le castro du même nom (à environ 11 kilomètres du précédent), dans un site spectaculaire dominé par les falaises qui plongent dans la mer Cantabrique.

De retour sur la N-634, peu avant d’arriver à Navia, nous empruntons une bifurcation vers le castro de Mohías (à 10 kilomètres). Nous pouvons y apprécier les restes d’un village de 20 cabanes, avec trois fossés creusés dans la roche. Pour poursuivre notre chemin, il nous faut rejoindre Navia puis emprunter la route qui longe la vallée du Navia depuis la côte jusqu'à Grandas de Salime. Nous gagnons très vite Coaña, où se trouve le castro du même nom.

Pour y accéder, nous devons gagner le village de Villacondide (un kilomètre sur la même route). Il s’agit du plus bel exemple de castro celte de toutes les Asturies. Juché sur une petite colline, il possède une muraille d’une épaisseur considérable délimitant trois enceintes : l’acropole ou tour, le village proprement dit avec 80 cabanes en pierre, et l’enceinte sacrée. Le site, qui propose des visites guidées, est agrémenté d’un atelier didactique.

Après cette halte, notre route pénètre dans la vallée du Navia pour nous offrir un paysage de montagnes couvertes de forêts avec de superbes vues sur le lac d’Arbón. À environ 12 kilomètres, nous bifurquons vers le village de Pendía. Pour visiter le castro de Pendía, il nous faut réaliser les 500 derniers mètres à pied. Des circuits guidés sont organisés pour découvrir la muraille extérieure ainsi que les constructions qui ont été mises à jour à l’intérieur de l’enceinte (y compris deux saunas).

Notre étape suivante est le castro d’El Castelón, à environ 20 kilomètres par la même route. Peu après Illano, une déviation sur la gauche nous conduit jusqu’au castro. L’état de conservation de sa muraille, de quatre mètres de haut, est remarquable. Environ 15 kilomètres plus loin, nous gagnons le castro de San Isidro : situé au sommet d’une montagne, aux confins des communes de Pesoz et San Martín de Oscos, il offre un panorama impressionnant.

Pour notre dernière visite, il nous faut rejoindre Grandas de Salime (à environ 14 kilomètres) et le village de Castro (encore six kilomètres). Le castro d’El Chao Samartín est l’un des plus complets de toutes les Asturies. Habité depuis le IXe siècle av. J.-C., il jouait un rôle prépondérant dans la région après la conquête romaine du territoire. Son musée fait office de centre d’interprétation. La visite du village fortifié est autorisée, mais seulement en compagnie d’un guide.

Les villes et villages traversés tout au long de notre périple proposent des journées gastronomiques très variées, à toutes les saisons de l’année.

L’itinéraire peut en outre être agrémenté de visites d’autres lieux d’intérêt archéologique et artistique, comme les pétroglyphes de La Xorenga (Grandas de Salime) ou les villages de pêcheurs de Navia, Puerto de Vega et Tapia de Casariego (avec leurs palais Renaissance, baroques et néoclassiques, ou encore leurs demeures indianas de la fin du XIXe). Il est également recommandé de découvrir les localités de l’arrière-pays, qui ont su conserver l’architecture, les traditions et l’aspect médiéval d’autrefois (tel est le cas d’Argul, dans la commune de Pesoz).
 

Fermer

Ce qu'il faut voir sur la route

Autres routes d'intérêt

Ce qu'il faut faire

Promenades à cheval

Promenades à cheval
Promenades en bateau

Promenades en bateau

Découvrez les environs

Contenus associés

Services

spain is culture