Styles

Cette section vous permet de chercher nos contenus à travers les différentes étapes de l'histoire de l'art en Espagne : baroque, gothique, mudéjar…

Picasso. « Guernica » Modernisme et avant-gardes Le changement de siècle s'accompagne de nouveaux airs de modernité. Une attitude différente, plus libre, vis-à-vis de l'art et de la vie, caractérise la sensibilité esthétique de l'époque.

Publics

Cette section vous permet d'accéder à tous nos contenus de façon personnalisée, en fonction de vos intérêts particuliers et de votre profil sociodémographique.

Les palais et monastères de la communauté autonome de Madrid

Alcalá de Henares, à 30 kilomètres environ de Madrid, est notre première destination. Son université, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, est une référence incontournable du tourisme culturel. Visitons le monastère San Bernardo, un édifice baroque construit à partir de 1618 par l’architecte Juan de Mora, l’auteur de la Plaza Mayor de Madrid et du panthéon du monastère de l’Escurial.


Le monastère San Bernardo
est surnommé « Las Bernardas » car son fondateur, le cardinal Bernardo de Sandoval y Rojas, ordonna la construction de ce couvent pour y accueillir les 24 sœurs cisterciennes de sa famille. La simplicité de sa façade en briques s’intègre à l’ensemble formé par le couvent Madre de Dios et le palais de l’archevêché.
Il abrite toutefois un intérieur spectaculaire dominé par l’impressionnante coupole elliptique de l’église, le retable et la collection de toiles du peintre de la cour Angelo Nardi. Le monastère accueille aussi le musée du couvent qui expose des pièces telles que le fauteuil du cardinal Sandoval, un coffret de Charles Quint et une édition fac-similée de la « Bible polyglotte d’Alcalà ».


Nous ferons ensuite halte dans la ville de Loeches, à une demi-heure à peine d’Alcalá de Henares en voiture. Elle abrite le monastère Inmaculada Concepción. De facture baroque, il fut fondé en 1640 par le comte-duc d’Olivares. Sa chapelle luxueuse rappelle le panthéon du monastère de l’Escurial. Elle renferme le panthéon familial du comte-duc lui-même et des familles d’Albe et de Berwick.
Prenons ensuite la direction d’Aranjuez, distante d’environ 70 kilomètres de Loeches. La ville d’Aranjuez a été la résidence de printemps des rois d’Espagne durant plusieurs siècles.


Commençons par la visite de son palais royal. Malgré sa construction ordonnée par Philippe II, en 1561, dans le style Herrera, le tracé de la structure visible aujourd’hui remonte à l’époque de Philippe V (première moitié du XVIIIe siècle) et à ses agrandissements ultérieurs. La façade principale date du règne de Ferdinand VI (1746-1759), et Francisco Sabatini dota l’édifice des ailes latérales qui ferment la cour d’armes dans sa configuration actuelle, au milieu du règne de Charles III.
La visite permet d’admirer les collections exposées de peinture, sculptures, horloges et arts décoratifs. Elles témoignent de l’importance de l’ornementation aux yeux des rois. Le salon des porcelaines est particulièrement révélateur.


Découvrons aussi les jardins de la ville qui inspirèrent à Joaquín Rodrigo son célèbre concert d’Aranjuez. De plus, le dessin perpendiculaire de ses rues est un parfait exemple d’urbanisme baroque. Pour conclure la visite, rien de tel qu’une promenade entre la Casa del Labrador et l’étang des jardins du Príncipe.
L’ensemble est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, dans la catégorie des paysages culturels.
 

spain is culture