Styles

Cette section vous permet de chercher nos contenus à travers les différentes étapes de l'histoire de l'art en Espagne : baroque, gothique, mudéjar…

Picasso. « Guernica » Modernisme et avant-gardes Le changement de siècle s'accompagne de nouveaux airs de modernité. Une attitude différente, plus libre, vis-à-vis de l'art et de la vie, caractérise la sensibilité esthétique de l'époque.

Publics

Cette section vous permet d'accéder à tous nos contenus de façon personnalisée, en fonction de vos intérêts particuliers et de votre profil sociodémographique.

Architecture préromane dans les Asturies

  • Santa María del Naranco, exemple du préroman asturien. Oviedo © Turespaña

    Santa María del Naranco, exemple du préroman asturien. Oviedo © Turespaña

  
  


"En 1985, l'UNESCO a reconnu la valeur de l’art préroman en le classant au patrimoine mondial. Il en existe de nombreux exemples, depuis la capitale régionale (Oviedo) jusqu’aux endroits les plus reculés. ..."

En 1985, l'UNESCO a reconnu la valeur de l’art préroman en le classant au patrimoine mondial. Il en existe de nombreux exemples, depuis la capitale régionale (Oviedo) jusqu’aux endroits les plus reculés. Au cœur de l’enceinte de la cathédrale d’Oviedo se trouve la fameuse « Cámara Santa » (IXe siècle), qui faisait à l’origine partie du palais d’Alphonse II le Chaste (792-842).  Cet ensemble restauré au XIIe siècle comporte une crypte et une chapelle supérieure.

À Oviedo toujours, et datant de la même époque, se trouve l’église San Tirso el Real. Il n’est possible de contempler aujourd’hui que la partie supérieure de l’abside centrale, avec sa travée à trois arcs entre des colonnes couronnées par des arcs en plein cintre, des chapiteaux et des socles de facture tardo-romaine, encadrés par un alfiz. À quelques pas, se trouvent la fontaine de La Foncalada, qui fut construite sous le règne d’Alphonse III le Grand (866-910) et l’église San Julián de los Prados, datant d’Alphonse II, qui est le plus grand temple préroman d’Espagne. Son tracé et les fresques qui décorent son intérieur trahissent de claires influences romaines.

À la périphérie d’Oviedo, sur un flanc du mont Naranco qui domine la ville, se trouvent les églises Santa María del Naranco et San Miguel de Lillo, les premières à utiliser la voûte en berceau dans leurs nefs. Santa María, à l’origine conçue comme le palais d’été du roi Ramire Ier, ne fut transformée en église que plus tard. Au plan rectangulaire, distribuée sur deux hauteurs, elle se distingue par ses voûtes parfaitement alignées et ses colonnes torsadées avec leurs chapiteaux, mais aussi par les impressionnants contreforts de ses murs.

San Miguel de Lillo, pour sa part, ne conserve qu’un tiers de la structure originale, dont on peut encore apprécier les chapiteaux et jalousies, ainsi que les piédroits où sont représentées des scènes de cirque d’inspiration romaine, totalement inhabituelles dans l’architecture religieuse de l’époque.

En direction de la Galice, l'église Santo Adriano de Tuñón, de la fin du IXe siècle, se distingue par son toit en bois à deux versants, ses trois nefs avec des absides et de remarquables peintures murales. À Pravia, la basilique San Juan de Santianes, qui date de l’époque du roi Silo (774-783), est l’édifice le plus ancien du préroman asturien. Elle se caractérise par trois nefs séparées par des piliers, un chevet carré avec deux sacristies latérales et un narthex.

L’église San Salvador de Valdediós, que les Asturiens appellent tendrement « el Conventín », est probablement l’œuvre la plus achevée de l’époque d’Alphonse III le Grand. Ouverte au culte en 891, elle se distingue par l’originalité de ses claires influences mozarabes, qui s’apprécient surtout dans les arcs en fer à cheval et viennent s’ajouter à la tradition architecturale antérieure. Les peintures murales de son intérieur sont remarquables.

À Lena, au cœur d'un spectaculaire paysage de vallées et de montagnes, se dresse l’église Santa Cristina, l'une des plus belles créations artistiques de l’époque de Ramire Ier , dont l'iconostase (cloison en pierre soigneusement taillée, constituée d'arcs et de jalousies, et séparant, conformément à la tradition byzantine, les fidèles des prêtres) est un véritable chef-d'œuvre. Le spectacle de cette église, humble mais belle, au milieu de la verdeur des paysages, invite à la réflexion et au recueillement. C’est alors que s’impose la vision de la dynastie des Astures, apparue au VIIIe siècle en pleine avancée de l’Islam sur la péninsule Ibérique, et du songe du monarque visionnaire qu’était Alphonse II, qui était certain qu'il serait un jour possible de récupérer Tolède, ancienne capitale du royaume wisigoth.

spain is culture