Styles

Cette section vous permet de chercher nos contenus à travers les différentes étapes de l'histoire de l'art en Espagne : baroque, gothique, mudéjar…

Picasso. « Guernica » Modernisme et avant-gardes Le changement de siècle s'accompagne de nouveaux airs de modernité. Une attitude différente, plus libre, vis-à-vis de l'art et de la vie, caractérise la sensibilité esthétique de l'époque.

Publics

Cette section vous permet d'accéder à tous nos contenus de façon personnalisée, en fonction de vos intérêts particuliers et de votre profil sociodémographique.

L’Adoration des Mages

  • « L’Adoration des Mages » © Madrid, Museo Nacional del Prado

    « L’Adoration des Mages » © Madrid, Museo Nacional del Prado

     
  

Catégorie

Peinture

Datation

1609 ; 1628 - 1629

Auteur

Pedro Pablo Rubens

Contexte culturel

École flamande

Titre original

Adoración de los Magos
Musée national du Prado
Madrid
Madrid
Madrid

Chef-d’œuvre de Rubens, le plus grand peintre de l’école flamande du XVIIe, remarquable par sa grandeur baroque et son caractère vivant et théâtral.

Cette toile aux traits de pinceau désinvoltes, longs et vibrants, représente l’Enfant jouant avec les présents des Mages, ainsi que le cortège des Rois. Les figures, vigoureuses, sont renforcées par l’utilisation intense de la lumière. La formation italienne de l’artiste se ressent dans l’influence de Michel-Ange et ses figures colossales, l’exaltation de la couleur vénitienne, l’atmosphère subtile de Titien et une certaine touche maniériste dans l’allongement des figures.

L’œuvre, commandée en 1609 par la mairie d’Anvers, fut ensuite offerte à l’ambassadeur Rodrigo Calderón, qui la fit transférer en Espagne. Une fois sur place, Rubens compléta la toile par l’inclusion des anges dans la partie supérieure et de son autoportrait à cheval dans la partie droite.
 

Caractéristiques de l'œuvre

Origine
Collection royale

Objet
Tableau

Dimensions
355,5 cm x 493 cm

Technique
Huile

Matériau
Toile

  

Trouvez des informations touristiques sur les environs

spain is culture