Styles

Cette section vous permet de chercher nos contenus à travers les différentes étapes de l'histoire de l'art en Espagne : baroque, gothique, mudéjar…

Picasso. « Guernica » Modernisme et avant-gardes Le changement de siècle s'accompagne de nouveaux airs de modernité. Une attitude différente, plus libre, vis-à-vis de l'art et de la vie, caractérise la sensibilité esthétique de l'époque.

Publics

Cette section vous permet d'accéder à tous nos contenus de façon personnalisée, en fonction de vos intérêts particuliers et de votre profil sociodémographique.

Incunable de « Grammaire castillane »

  • Grammaire castillane. Madrid © Biblioteca Nacional de España

    Grammaire castillane. Madrid © Biblioteca Nacional de España

     
  

Catégorie

Document imprimé

Datation

1492

Contexte culturel

Humanisme

Titre original

Grammatica

Élaborée par Antonio de Nebrija sous le mécénat de Juan de Zúñiga, elle est considérée comme la première grammaire du castillan, mais aussi la première d’une « langue vulgaire » à être imprimée en Europe.

Bien qu’à l’époque, le castillan ne soit pas considéré comme une « langue de culture », Nebrija anticipe sur son temps : après avoir publié les « Introductiones latinae », il parvient à la conclusion qu’il est nécessaire d’apprendre le castillan pour étudier le latin. Son ouvrage est divisé en cinq livres : « Orthographe », « Prosodie », « Étymologie », « Syntaxe » et « Introduction au castillan à l’attention de ceux souhaitant apprendre cette langue étrangère ». Selon les études typographiques réalisées, l’atelier anonyme dans lequel cette grammaire fut imprimée aurait développé son activité de 1492 à 1500 et se serait chargé de nombreuses publications du même auteur. Le texte, imprimé en caractères gothiques, utilise des encres rouge et noire et permet d’apprécier des espaces en blanc réservés à l’enluminure des initiales.

Caractéristiques de l'œuvre

Origine
Salamanque

Objet
Livre

Salle du musée
Sala Cervantes

  

Trouvez des informations touristiques sur les environs

spain is culture