Styles

Cette section vous permet de chercher nos contenus à travers les différentes étapes de l'histoire de l'art en Espagne : baroque, gothique, mudéjar…

Picasso. « Guernica » Modernisme et avant-gardes Le changement de siècle s'accompagne de nouveaux airs de modernité. Une attitude différente, plus libre, vis-à-vis de l'art et de la vie, caractérise la sensibilité esthétique de l'époque.

Publics

Cette section vous permet d'accéder à tous nos contenus de façon personnalisée, en fonction de vos intérêts particuliers et de votre profil sociodémographique.

Cathédrale de San Cristóbal de La Laguna

  • Cathédrale de San Cristóbal de La Laguna. Tenerife © Turespaña

    Cathédrale de San Cristóbal de La Laguna. Tenerife © Turespaña

  

Catégorie

Cathédrale

Datation

XIXe siècle

Style

Néogothique
Plaza de Nuestra Señora de los Remedios, s/n
38201 San Cristóbal de la Laguna
Tenerife, Canaries
Tenerife

Téléphone+34 922259130 - +34 681197236

Courrier électroniquesergio@artisplendore.com

Site Webhttp://lalagunacatedral.com/visita-cultural/

La cathédrale de la Laguna.

En 1818, lors de la séparation du diocèse Nivariense de l'évêché des Canaries, le siège passe à l'église des Remedios qui devient alors une cathédrale.

Elle fut construite sur un ermitage de 1511. En 1515 débute la construction d'une église mudéjar. Au XVIIe siècle (en 1618 précisément), l'évêque Antonio Carrionero fait construire la tour de l'édifice et, au XVIIIe, plusieurs chapelles sont aménagées à l'intérieur. Le bâtiment actuel néogothique, est érigé entre 1904 et 1915. Il compte trois nefs avec des voûtes en croisée d'ogives. En 1916, on construit la tour droite. La façade est une reconstruction de 1825, de style néoclassique.

Informations pratiques

Horaires

 

De Lundi à Vendredi

De 09:30 à 18:00

Jours de fermeture: Dimanche

Tarifs

 

Tarif général: 6€

Tarif réduit: 5€

Groupes: 3,50€

Personnes handicapées: Entrée gratuite

Trouvez des informations touristiques sur les environs

Très intéressant

Contenus associés

Services

spain is culture