Styles

Cette section vous permet de chercher nos contenus à travers les différentes étapes de l'histoire de l'art en Espagne : baroque, gothique, mudéjar…

Picasso. « Guernica » Modernisme et avant-gardes Le changement de siècle s'accompagne de nouveaux airs de modernité. Une attitude différente, plus libre, vis-à-vis de l'art et de la vie, caractérise la sensibilité esthétique de l'époque.

Publics

Cette section vous permet d'accéder à tous nos contenus de façon personnalisée, en fonction de vos intérêts particuliers et de votre profil sociodémographique.

Ávila

  • Remparts d’Ávila © Turespaña

    Remparts d’Ávila © Turespaña

  • Ávila et ses remparts © Turespaña

    Ávila et ses remparts © Turespaña

  • Porte San Vicente. Ávila © Turespaña

    Porte San Vicente. Ávila © Turespaña

  
Ávila
Ávila, Castille-León
Ávila

Aux pieds de la Sierra de Gredos, derrière les remparts d’Ávila, chef-lieu de province de Castille-León, se cache un précieux ensemble d’églises et de palais Renaissance témoins de la splendeur révolue de cet ancien centre de production textile. Sa vieille ville et ses églises extra-muros ont été classées bien d'intérêt culturel et patrimoine mondial par l’UNESCO.

Berceau de sainte Thérèse, toute la ville, aussi bien à l’intérieur qu’en dehors de ses murailles, abrite une infinité d’édifices religieux associés à la vie de la mystique.

La province est également riche en spécialités culinaires, comme en témoignent ses délicieux rôtis et son célèbre chuletón (côte de bœuf), sans oublier la pâtisserie, fièrement représentée par les fameuses yemas de Santa Teresa.

Lire la suite

L'implantation celtibère des Vétons, vers 700 av. J.-C., est à l'origine de la création d'Ávila. C'est à l'arrivée des Romains, au IIIe siècle av. J.-C., que débuta la construction des premiers remparts, qui transformèrent Ávila en un important bastion défensif. Après plusieurs siècles de décadence, la ville fut repeuplée et reconstruite au XIe siècle. Selon la légende, Raymond de Bourgogne, gendre du roi Alphonse VI, aurait été chargé de superviser les travaux de reconstruction des remparts sur les ruines de l'ancienne fortification romaine. L'apogée de cette ville se produisit au XVIe siècle, moment où la manufacture de la laine connut un grand essor, dont toute la ville profita. Pendant cette période de prospérité, de nombreux édifices civils et religieux sont construits. Ils perdurent encore dans la vieille ville de la localité.Le symbole de la ville sont ses fortifications. Ces remparts médiévaux figurent parmi les mieux conservés d'Europe. Ses deux kilomètres et demi de périmètre sont jalonnés de 2500 créneaux, une centaine de tours, six portes et trois poternes.

La puerta de los Leales, une des entrées principales de l'ancienne ville, débouche directement sur la cathédrale. Celle-ci, qui présente un aspect de forteresse, fut érigée aux XIIe et XIVe siècles. Son abside, appelée « cimorro », est adossée à la muraille, constituant ainsi le carré défensif le plus volumineux du bastion. Sa façade arbore des éléments gothiques et baroques. À l'intérieur, nous observerons les minutieux reliefs au niveau du chœur et le sépulcre de El Tostado, realisé en albâtre. Le Musée diocésain abrite plusieurs œuvres d'art, parmi lesquelles un somptueux ostensoir de procession, œuvre de Juan de Arfe.

Intra-muros, nous découvrons de nombreux recoins d'aspect médiéval, comme la plaza de los Dávila, bordé de plus d'une douzaine de maisons nobles de style Renaissance, parmi lesquelles la demeure des Velada, le palais des Valderrábano et celui de Núñez Vela. Mais la construction la plus surprenante est, sans aucun doute, celle du palais des Dávila. Il s'agit d'une forteresse solide composée de quatre maisons réunies, datant la plus ancienne du XIIIe siècle. L'ensemble est remarquable, pour ses créneaux et sa célèbre fenêtre de style Renaissance.

Tout près de là, se dresse le donjon des Guzmanes, érigé au XVIe siècle, qui est aujourd'hui le siège du gouvernement provincial. Il ne s'agit là que de quelques-unes des plus de cent grandes demeures et hôtels particuliers que comptait Ávila entre les XVIe et XVIIIe siècles. La noblesse omniprésente en ville se reflète dans le nom complet de celle-ci : « Ávila de los Caballeros » (Ávila des Chevaliers). La plaza del Mercado Chico, où se trouvait jadis le forum romain, est au cœur de la ville. Celle-ci est bordée des façades de la mairie et de l'église de San Juan, qui fut rebâtie aux XVe-XVIe siècles.

De célèbres mystiques espagnols ont vu le jour à Ávila, comme sainte Thérèse de Jésus ou saint Jean de la Croix. Ceci s'est traduit par la construction d'un grand nombre d'églises et de couvents dans toute la ville. Sur la plaza de Santa Teresa se dresse le couvent du même nom, construit en 1636 à l'emplacement de la maison natale de sainte Thérèse de Jésus. L'édifice au portail baroque abrite un grand nombre de sculptures réalisées par Gregorio Fernández, ainsi qu'une chapelle consacrée à sainte Thérèse, dont la profusion des ornements est remarquable. L'intérieur abrite un verger où, d'après la légende, la mystique d'Ávila jouait durant son enfance.

Ávila extra-muros

À l'extérieur des remparts, nous trouvons le monastère de l'Encarnación, érigé au XVIe siècle. C'est là que sainte Thérèse habita pendant vingt ans en qualité de religieuse. On pourra visiter les lieux fréquentés par l'écrivain, comme sa cellule ou la capilla de la Transverberación.

Une autre construction très importante est la basilique de San Vicente, érigée au XIIe siècle, à côté de l'endroit où furent martyrisés trois saints à l'époque de Dioclétien. La basilique est considérée comme la plus belle construction romane de la ville, bien que d'autres éléments architecturaux aient été ajoutés par la suite. L'extérieur de l'édifice compte trois magnifiques absides, le portail ouest, appelé également « Pórtico de la Gloria de Ávila » (Portail de la Gloire d'Ávila), et la façade sud. A l'intérieur, les voûtes attireront notre attention tout comme le sépulcre de San Vicente, un important monument funéraire protogothique attribué au maître Fruchel. Derrière la basilique, se dresse l'église de San Andrés, de style roman, qui conserve les chapiteaux historiés les plus intéressants de la ville.

De style roman également, l'église de San Pedro est l'une des plus anciennes de la ville (XIIe-XIIIe siècles). La sobriété qui caractérise cette construction a attiré depuis des siècles les plus grands personnages de la société d'Ávila. Sur la façade, se détache la grande rosace cistercienne de son portail et ses trois absides. À l'intérieur, l'ornementation clairsemée contraste avec un ensemble très intéressant de peintures et de retables.

À l'extérieur des murailles, non loin de la puerta de los Leales, se dresse le palais des Doyens. À l'origine, comme son nom l'indique, cette somptueuse demeure du XVIe siècle fut bâtie pour servir de résidence aux différents doyens d'Ávila (ecclésiastiques responsables de l'administration du chapitre de la cathédrale). Ce qui attire tout de suite l'attention, c'est sa façade Renaissance, qui possède une double rangée de colonnes. Elle est décorée de blasons de style plateresque et couronnée de pinacles baroques. Ces éléments confèrent à l'ensemble une élégance frappante. À l'intérieur, un édifice principal et plusieurs dépendances s'organisent autour d'un patio entouré de deux galeries aux arcades gothiques. Ces installations abritent de nos jours le Musée provincial, où l'on peut contempler des fonds particulièrement intéressants en matière d'archéologie, d'ethnographie et de beaux-arts. Le musée possède en outre une annexe : l'ancienne église de Santo Tomé el Viejo (XIIe siècle).

Traditionnellement lieu de résidence estivale des souverains espagnols, le monastère de Santo Tomás, de style gothique isabélin, fut terminé en 1493 sous le règne des Rois Catholiques. L'ensemble est dominé par une imposante église à une seule nef recouverte de voûtes en croisée d'ogives, bordée de plusieurs chapelles. Au centre de la croisée, se trouve le beau sépulcre de l'Infant Don Juan, fils des souverains, sculpté en marbre par Domenico Fancelli. Nous contemplerons également le magnifique retable réalisé par Berruguete ainsi que le choeur élevé. Les dépendances du couvent se composent de trois cloîtres richement ornementés : les cloîtres du Noviciat, du Silence et des Rois. Les anciennes dépendances royales, quant à elles, abritent le Musée oriental, qui expose une intéressante collection d'œuvres en provenance de l'Extrême-Orient.

La visite de cette ville millénaire peut se conclure au mirador des Cuatro Postes qui offre une des plus belles vues sur l'enceinte fortifiée médiévale.

Gastronomie et les environs

Tous les restaurants d'Ávila nous ouvrent les portes de la délicieuse gastronomie de la région. Citons les succulents rôtis de cochons de lait et d'agneau et le célèbre « chuletón » de veau d'Ávila. La viande de veau d'Ávila, tout comme les haricots « El Barco de Ávila » disposent de leur propre appellation d'origine. La réputation de la pâtisserie d'Ávila est due en grande partie aux « yemas de Santa Teresa » (à base d'œufs et de sucre).

Ávila offre de nombreuses possibilités de logements aux visiteurs. Adossé aux remparts, le parador d'Ávila est situé à l'emplacement de l'ancien palais de Piedras Albas.

Cette province compte quelques villes importantes, comme Arévalo, caractéristique du style mudéjar de la province et classé site historique ; Madrigal de las Altas Torres, lieu de naissance de la reine Isabelle la Catholique ; Las Navas del Marqués, avec son château de Magalia ; El Barco de Ávila, où l'on pourra visiter l'église gothique de Nuestra Señora de la Asunción(XIVe siècle) et le Château de Valdecorneja.

Parmi les vestiges archéologiques de la province, mentionnons la ville fortifiée de Cogotas, un des sites archéologiques les plus importants d'Espagne, et les Taureaux de Guisando, des sculptures en pierre d'origine celte. Les amoureux de la nature pourront se rendre au parc naturel de la Sierra de Gredos.

Fermer

Ce qu'il faut voir sur place Voir la suite

Trouvez des informations touristiques sur les environs

En savoir plus

Très intéressant

Agenda

Procession de la Semaine sainte à Ávila © Luis Antonio Sánchez Schmitt

Du 25 mars 2018 au 1 avr. 2018

Fête d'intérêt touristique international

Ávila
Semaine Sainte de Ávila

Image transparente

En attente de confirmation 2017

Festival

Ávila
Cycle musical « Ávila en Clave de Luna »

Image transparente

En attente de confirmation 2018

Festival

Ávila
Festival "Noches y Almenas"

Image transparente

En attente de confirmation 2018

Autres

Ávila - Ávila
Concours Ávila en tapas

Découvrez les environs Voir la suite

Services

spain is culture