Styles

Cette section vous permet de chercher nos contenus à travers les différentes étapes de l'histoire de l'art en Espagne : baroque, gothique, mudéjar…

Picasso. « Guernica » Modernisme et avant-gardes Le changement de siècle s'accompagne de nouveaux airs de modernité. Une attitude différente, plus libre, vis-à-vis de l'art et de la vie, caractérise la sensibilité esthétique de l'époque.

Publics

Cette section vous permet d'accéder à tous nos contenus de façon personnalisée, en fonction de vos intérêts particuliers et de votre profil sociodémographique.

Luis Cernuda

  • Artiste / Créateur - Image générale
  

Spécialité

Littérature

 

 

Date de naissance

21 sept. 1902

Date de décès

5 nov. 1963
  


" Poète. Membre de la « Génération de 27 », il s’imposa au cours de la seconde moitié du XXe siècle comme le poète de prédilection de la jeunesse espagnole."

Il voit le jour à Séville en 1902. Il y étudie le droit sous la direction de Pedro Salinas, dont il fut le disciple et qui orienta ses premiers pas en tant que poète. Ses œuvres de jeunesse l’acheminent vers une grande affinité avec les poètes surréalistes. Cette étape, initiée par « Perfil del aire » (1927) et « Égloga, elegía, oda » (1928), arrive à maturité dans « Un río, un amor » (1929) et « Los placeres prohibidos » (1931). Dans ses publications suivantes, il s’attache avec originalité et maîtrise à la tradition romantique européenne : « Donde habite el olvido » (1934), « Invocaciones » (1935). Les titres parus à partir de cette période, outre ceux déjà publiés, alimentent son œuvre complète intitulée « La realidad y el deseo » (1936). Il meurt à Mexico en 1963.

Œuvres incontournables

  • Œuvre culturelle - Image générale

    Les plaisirs interdits

    Dans ce recueil de poèmes passionné, une œuvre créée par l’un des plus éminents poètes de la fameuse « Génération de 27 », Luis Cernuda, le surréalisme est utilisé en tant que mouvement de libération personnelle.

    En savoir plus

Autres œuvres d'exception

  • « Donde habite el olvido »
spain is culture