Styles

Cette section vous permet de chercher nos contenus à travers les différentes étapes de l'histoire de l'art en Espagne : baroque, gothique, mudéjar…

Picasso. « Guernica » Modernisme et avant-gardes Le changement de siècle s'accompagne de nouveaux airs de modernité. Une attitude différente, plus libre, vis-à-vis de l'art et de la vie, caractérise la sensibilité esthétique de l'époque.

Publics

Cette section vous permet d'accéder à tous nos contenus de façon personnalisée, en fonction de vos intérêts particuliers et de votre profil sociodémographique.

Jorge Grau

  • Jorge Grau © EFE

    Jorge Grau © EFE

  

Spécialité

Cinéma

 

 

Date de naissance

27 oct. 1930

Date de décès

24 déc. 2018
  


"Cinéaste. Avec seulement deux incursions dans le genre, il occupe pourtant une place d’honneur dans l’histoire des films fantastiques et d’horreur espagnols."

Il est né à Barcelone en 1930. Son premier contact avec le monde du cinéma a lieu à travers l’Instituto del Teatro de Barcelone, où il obtient un prix d’interprétation. Il débute dans la profession en tant qu’assistant de direction pour « Diez fusiles esperan » (1959), de José Luis Sáenz de Heredia. Dans les années 60, il participe au tournage de plusieurs films, parmi lesquels « Una historia de amor » (1967), récompensé au festival de Saint-Sébastien. « Ceremonia sangrienta » (1972) et « No profanar el sueño de los muertos » (1974) sont considérés comme ses meilleurs films dans le genre fantastique. Ses deux derniers longs métrages sont « La puñalada » (1989) et « Tiempos mejores » (1995). En 2009, le festival du film fantastique et d’horreur d’Estepona lui a rendu hommage. Il décède à Madrid en 2018.

Œuvres incontournables

  • Le massacre des morts-vivants. Image cédée par la Filmothèque Espagnole

    Le massacre des morts-vivants (réalisation)

    Très bon film d’horreur basé sur le mythe des zombies et des morts-vivants.

    En savoir plus

Autres œuvres d'exception

  • Ceremonia sangrienta
  • El espontáneo
  • La trastienda
  • La siesta
spain is culture